· 

Butler & Co : DIMs et SIMs !

Traduction proposée au Neuro Orthopaedic Institute (NOI) et publiée initialement sur le blog noijam le 7 octobre 2015. La note originale des auteurs est consultable ici : https://noijam.com/2015/03/12/dim-sims/


Depuis la parution d’Explain Pain en 2003, Lorimer Moseley et moi-même avons été sollicités par de nombreux cliniciens pour en proposer une « version simplifiée…pour les patients ». En fait, nous avions écrit quelque chose en ce sens dès 2005 mais avons résisté à publier cette « version courte » pour un certain nombre de raisons – les études ont montré que les individus pouvaient assimiler correctement ces notions sans posséder de formation médicale – le contenu « d’Explain Pain » n’étant pas trop complexe, ce sont donc plutôt les cliniciens qui sous-estiment les capacités de leurs patients à comprendre leur douleur. De plus, il faut noter que le contenu a changé rapidement et de ce fait, les modalités pour le présenter aussi. Souvenez-vous que Youtube n’a démarré qu’en 2005.

 

Depuis Explain Pain, de nombreux praticiens ont écrit leurs propres petits documents – certains sont excellents, d’autres sont terrifiants, complétement faux et beaucoup vont à l’encontre des principes de base du multimédia. Nous avons remarqué que certains documents, des livres et des manuels publiés, sont si proches d’Explain Pain en termes de structure, de texte, d’idées et de style que Lorimer et moi avons l’impression de nous entendre parler quand nous les lisons!

Présentation du Explain Pain Handbook : Protectometer

 

Le moment est venu de présenter notre dernier ouvrage « Explain Pain Handbook : Protectometer » avec ses nouveaux concepts de « DIMs », »SIMs » et du « Protectomètre ». Ce livre est compact, interactif et destiné aux individus souffrant de douleurs. Il a été plus difficile à écrire que nos précédents ouvrages et thèses mais nous y sommes finalement parvenus.

Les connaissances actuelles concernant la douleur permettent le postulat suivant : « Nous allons expérimenter la douleur quand les indications crédibles que notre corps encourt un danger sont plus grandes que les indications crédibles qu’il se trouve en sécurité. De même, nous n’aurons pas de douleur quand les indications crédibles que notre corps se trouve en sécurité sont plus grandes que les indications crédibles que notre corps encourt un danger (Moseley and Butler, 2015 pp14). »

 

Il y a quelque chose de puissant qui se dégage de cette simple affirmation. Lorimer adore dire que « C’est aussi simple…et complexe que cela ». Le danger est partout et peut émerger de domaines très variés. Par exemple, le sentiment de danger peut provenir du compte-rendu d’une radiographie, de ce que vous raconte quelqu’un, de ce que vous croyez ou de ce que vous avez entendu au journal télévisé. Le sentiment de sécurité se retrouve lui aussi un peu partout – comme dans des connaissances précises et actualisées, dans le fait d’avoir des objectifs, de l’aide de la part d’un bon professionnel de santé ou encore de savoir que quelqu’un vous aime.

Les DIMs et les SIMs

 

On nomme ce qui représente le danger pour soi des DIMs pour Dangers En Moi (de l’anglais « Danger In Me ») et ce qui représente la sécurité des SIMs pour Sécurité En Moi (de l’anglais « Safety In Me »). Chaque DIM/SIM correspond à un circuit neuro-immunitaire cérébral ayant une distribution précise et dépendant du contexte – un « neurotag » spécifique pour utiliser le langage d’Explain Pain.

 

Jetez un œil aux exemples ci-dessus (et réfléchissez à vos propres DIM/SIMs). Vous remarquerez qu’il existe des choses listées à la fois en tant que DIM et en tant que SIM? Cela rappelle l’importance du contexte. Si votre appendice enflammé a perforé, un hôpital peut constituer un puissant SIM. Si par contre, cet hôpital a été le lieu d’une précédente chirurgie ratée, il peut constituer un puissant DIM. De la même façon, une cheville chaude, rouge et gonflée 1 heure après une entorse est probablement pour la plupart d’entre nous un DIM, mais en prenant connaissance des propriétés d’auto-guérison des tissus corporels, de l’importance de l’inflammation et des temps normaux de récupération, ce DIM peut devenir un SIM. Voilà déjà des indications d’interventions potentielles, en particulier, l’éducation.

Les DIMs, SIMs, le protectomètre et la douleur

 

Les DIMs et les SIMs sont ce qui « détermine » le niveau du protectomètre ; le tout dernier outil en matière d’éducation et de traitement de la douleur de l’Explain Pain Handbook – voir l’image ci-dessous.

 

A mesure que les indications crédibles de danger augmentent, c’est-à-dire que les DIMs augmentent en nombre ou en « force », l’indicateur monte. A mesure que les indications crédibles de sécurité augmentent (des SIMs plus nombreux ou plus forts), l’indicateur descend. Dans le livre, nous développons beaucoup plus cette notion de protectomètre – le tiers supérieur du protectomètre possède une échelle de la douleur graduée de 0 à 10 qui indique qu’à un certain niveau de danger, un individu va commencer à construire son expérience douloureuse. Cette échelle montre bien comment l’augmentation du danger, l’ajout de DIMs de n’importe quelle catégorie, peut augmenter la douleur et si nous nous attardons sur la « zone d’alerte » – cette zone comprise entre « 0 » et « 1 » sur l’échelle – on comprend que même un petit DIM peut « faire basculer » quelqu’un dans la douleur.

La force du Protectomètre

 

Utiliser le protectomètre permet à un individu (et son praticien) de cartographier la grande diversité des éléments – DIMs et SIMs – qui influencent conjointement l’expérience douloureuse. La thérapie qui en découle semble simple – éliminer les DIMs et trouver et amplifier les SIMs. Mais « DIMs et SIMs peuvent se cacher dans des endroits très reculés » – certaines réflexions profondes semblent donc nécessaires. Au cœur du protectomètre réside un subtile mais puissant effet de traitement – la possibilité d’une compréhension personnelle profonde et d’une reconceptualisation de sa douleur avec un bénéfice potentiel sur sa vie à long terme.

 

Le protectomètre ne représente qu’une partie de notre ouvrage – il y a tellement davantage à l’intérieur ; un regard sur les systèmes de protection autre que la douleur comme les systèmes immunitaire, moteur, la pensée et le langage. Il y a aussi l’espoir que suscite la bioplasticité et les stratégies de traitement couvrant la mise en place d’objectifs, le fait de bouger intelligemment, de rester actif, l’activité graduée, le fait de chercher à déclencher les « hormones du bonheur » depuis l’armoire à pharmacie du cerveau et de faire un peu de ménage dans notre langage. Tout un programme pour de futures NOInotes!

 

Ce qui est intéressant, c’est la vitesse et la facilité avec lesquelles les termes DIM et SIM ont été compris- je suppose que c’est la connotation à la nourriture qui fait peut-être songer aux ingrédients inconnus se trouvant à l’intérieur.

 

 

David Butler and Tim Cocks

Translated by Yannick Cabusson

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0